La santé mentale en temps de COVID-19

 20/04/20

Nouvelles

 COVID-19

Les pandémies et autres épidémies de maladies infectieuses sont des facteurs de stress psychologique et provoquent des changements de comportement. Contrairement aux catastrophes naturelles et d'origine humaine, les agents biologiques ne peuvent être observés à l'œil nu. Cela augmente l'anxiété et l'impact.

Les chaînes média jouent un rôle crucial dans la perception des risques et de la sécurité. Des messages répétés et clairs (par exemple, des émissions spéciales à la télévision, des discours) devraient et peuvent créer un climat de calme et d'obéissance civique. Ils doivent lutter contre les "fausses nouvelles" et la désinformation. La peur est plus répandue aujourd'hui que lors des épidémies de SRAS et de MERS, peut-être en raison de l'intérêt médiatique important. La peur de l'infection est utilisée par certains politiciens et dirigeants, abusée pour en profiter. En cas de pandémie, la peur et l'incertitude sont alimentées par un nouveau micro-organisme - certainement au début - car le mode de transmission, la virulence et l'infectiosité ne sont pas (bien) connus.

Vivre et télétravailler dans et autour de "chez nous" pendant des semaines augmente le niveau de stress de nombreuses personnes. Entre autres choses, des troubles du sommeil, des problèmes de concentration et des tensions relationnelles apparaissent. À cela s'ajoute l'incertitude économique et financière actuelle et future. Certaines personnes commencent à adopter des comportements plus risqués, comme fumer, boire, se droguer, conduire de manière imprudente, travailler dans des conditions dangereuses, ... en raison des nombreuses incertitudes.

Dans toute la frénésie d'une pandémie, en mettant l'accent sur les nombreux aspects biologiques, l'impact psychologique ne doit pas être négligé. Les aspects psychologiques des mesures d'éloignement social/physique, de quarantaine et de réduction des infections doivent donc faire l'objet d'une attention suffisante. Même chez les personnes sans antécédents psychiatriques, l'isolement peut provoquer un large éventail de réactions psychologiques telles que la dépression, le stress aigu, le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), les troubles du sommeil, les crises de panique et les symptômes d'anxiété. Les personnes souffrant de maladies psychiatriques sous-jacentes peuvent voir leurs symptômes augmenter (par exemple, délire, psychose). Les personnes malades ou en quarantaine ressentent parfois de la honte, de la culpabilité ou de la stigmatisation.

Les solutions informatiques peuvent offrir le réconfort de pouvoir se connecter virtuellement lorsque le contact direct n'est pas possible. Les techniques modernes permettent aux prestataires de soins de santé de commencer ou de poursuivre un traitement via des plateformes de conférence (Skype, Zoom, MS Teams, etc.). Les aspects humains de la mortalité massive (deuil, rituels religieux, famille) ne doivent certainement pas être négligés. Le soutien psychologique doit être multidisciplinaire.

Dans le monde entier, les professionnels de la santé travaillent sous une pression énorme et doivent prendre des décisions difficiles et parfois impossibles. Ils peuvent, eux aussi, être confrontés à la dépression et à l'anxiété. Ils craignent également d'infecter eux-mêmes et les membres de leur propre famille. L'équilibre entre leur propre professionnalisme, leur altruisme et leurs angoisses personnelles peuvent provoquer des conflits intérieurs. Je vais expliquer cela plus en détail dans les paragraphes ci-dessous.

Blessure morale contre croissance post-traumatique

Le concept de "préjudice moral" provient des militaires, qui subissent souvent des expériences potentiellement moralement préjudiciables (EMP). C'est la détresse psychologique ou les remords intenses qui résultent des actions, ou au contraire de l'absence d'actions, qui font qu'une personne viole sa propre conscience morale ou son code d'éthique. Il s'agit donc d'un conflit de conscience et de culpabilité. Contrairement aux troubles mentaux tels que la dépression et le syndrome/trouble de stress post-traumatique (SSPT), un préjudice moral n'est pas un trouble ou une pathologie mentale. En plus, il est réaliste et raisonnable. Cependant, les personnes souffrant d'un préjudice moral sont plus susceptibles d'avoir des pensées négatives sur elles-mêmes ou sur les autres ("Je suis une personne terrible", "Mes patrons ne se soucient pas de la vie des autres"), ainsi que des sentiments intenses de honte, de culpabilité et de dégoût. Tous ces symptômes, à leur tour, peuvent contribuer au développement de difficultés psychologiques, notamment la dépression, le SSPT et les pensées suicidaires. Ce n'est qu'en ce qui concerne le développement de la dépression et du SSPT après les PMIE que le lien a été très clairement démontré dans une méta-analyse systématique de Williamson et ses collègues (2018). Pour la suicidalité, il pourrait plutôt s'agir d'un effet indirect. Pour le développement de l'anxiété et de l'hostilité, les résultats n'ont pas été sans ambiguïté.

Dans le cas d'un préjudice moral, on constate le passage d'un trouble mental (maladie) après une expérience traumatisante (le diagnostic de SSPT) à une question morale (dilemme moral, conflit de conscience, culpabilité).

D'autre part, une certaine forme de "croissance post-traumatique", un terme qui décrit un renforcement de la résilience, de l'estime, des perspectives et des valeurs, peut également se développer. Le fait que des personnes soient blessées ou se développent dépend de la manière dont elles sont soutenues avant, pendant et après un incident.

Détresse morale

La détresse morale peut être distinguée de la détresse émotionnelle, de l'épuisement professionnel et du stress post-traumatique. Il s'agit de violer sa propre intégrité professionnelle et les obligations qui y sont associées, tout en se sentant contraint de prendre les bonnes décisions éthiques. Elle est plus fréquente lorsque le climat éthique est médiocre, avec peu de soutien des pairs et des responsables, lors d’un manque de soutien des collègues et des patients, et un manque de capacité à peser sur les décisions à prendre (Lamiani et al., 2015).

Les relations entre le besoin moral et le contenu du travail sont un peu plus controversées. Néanmoins, on constate que le fait de travailler dans services d’urgence et de ne pas disposer de suffisamment de temps pour les tâches de soins augmente ce besoin. La détresse morale est associée à une diminution de la satisfaction professionnelle, à la satisfaction de la qualité des soins fournis et à l'intention de démissionner ou de quitter effectivement son emploi (selon le modèle dit "crescendo" d'Epstein & Hamric, 2009). Le lien avec l'épuisement professionnel et la détresse morale n'est pas sans équivoque dans les études. Des études ont montré que deux des trois composantes du burnout, à savoir l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, peuvent être présentes. Un certain nombre d'études ont montré que le besoin moral peut donner lieu à des sentiments de colère, de frustration, de culpabilité, de solitude, de peur, de faiblesse et de retrait émotionnel.

Résidu moral
L'effet cumulatif de la détresse morale non résolue peut donner lieu à un "résidu moral" (Webster & Baylis, 2000). Il se manifeste par la culpabilité, la honte ou même l'"autoaccusation".
Une fois la crise terminée, il est donc temps de réfléchir et de tirer les leçons des expériences extraordinairement difficiles afin d'évoluer vers une histoire significative plutôt que traumatisante. Lors du compte rendu de l'événement, il est important de tenir compte du fait que même longtemps après la pandémie, des implications psychologiques à long terme et seulement tardives peuvent se produire (appelé "effet d'iceberg" mental).

Wim Van Hooste, médecin du travail.

Sources :

  • Brinkgreve C, Molendijk T. Teddyberen strooien. Moral injury: van ziekte naar schuldgevoel. Essay in De Groene Amsterdammer, 21 januari 2016.
  • Greenberg N, Docherty M, Gnanapragasam S, Wessely S. Managing mental health challenges faced by healthcare workers during covid-19 pandemic. Br Med J 2020; 368: m1211.
  • Ho CSH, Chee CYI, Ho RCM. Mental health strategies to combat the psychological impact of COVID-19 beyond paranoia and panic. Annals, Academy of Medicine, Singapore, 2020.
    http://www.annals.edu.sg/pdf/s...
  • Lamiani G, Borghi L, Argentero P. When healthcare professionals cannot do the right thing: A systematic review of moral distress and its correlates. J Health Psychol 2015; 1-17.
  • Morganstein JC, Fullerton CS, Ursano RJ, Donato D, Holloway HC. Pandemics: Health Care Emergencies. Textbook of Disaster Pyschiatry, Part IV: Chapter 18, Cambridge.
    https://www.cambridge.org/core...
  • Oh Y, Gastmans C. Moral distress experienced by nurses: A quantitative literature review. Nursing Ethics 2015; 22: 15-31.
  • Tucci V, Moukaddam N, Meadows J, Shah S, Galwankar S, Kapur GB. The forgotten plague: Psychiatric manifestations of Ebola, Zika and emerging infectious diseases. J Glob Infect Dis 2017; 9: 151-6.
  • Williamson V, Stevelink SAM, Greenberg N. Occupational moral injury and mental health: systematic review and meta-analysis. Br J Psychiatry 2018; 212: 339-46.
La santé mentale en temps de COVID-19

Votre navigateur n' est pas pris en charge, passez à un autre pour une expérience optimale.