ESENER 2019 : les risques musculo-squelettiques et psychosociaux restent problématiques

 08/05/20

Nouvelles

 Contraintes ergonomiques

L'Agence Européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) a publié les derniers résultats (2019) de l'enquête européenne sur les entreprises concernant les risques nouveaux et émergents (ESENER). Bien entendu, ces résultats ne tiennent pas compte des conséquences de la crise corona intense qui a éclatée au printemps de cette année.

Les problèmes de santé mentale des travailleurs, la croissance énorme du télétravail, les nombreux défis posés par la numérisation et les problèmes physiques associés appellent plus que jamais une approche préventive et curative.

Que révèle l'enquête ESENER ?

  • Les troubles musculo-squelettiques (TMS) et les risques psychologiques sont le plus souvent signalés comme des risques, une attention particulière étant accordée aux mouvements répétitifs des mains et des bras (dans 65 % des lieux de travail de l'UE27), à la position assise prolongée (61 %) et aux relations avec des clients, patients, élèves, ... difficiles (59 %).
  • En s'attaquant à ces risques, il est inquiétant de constater que depuis 2014, moins de lieux de travail prennent des mesures pour prévenir les troubles liés à l'SSA. En outre, seules 29 % des entreprises déclarent qu'elles interviendraient si les travailleurs faisaient des heures de travail excessivement longues afin de réduire les risques psychosociaux.
  • Plus l'entreprise est petite, moins il est fait mention des facteurs de risque (notamment psychosociaux). Cela peut indiquer une inquiétante méconnaissance de ce type de risque.
  • Entre 2014 et 2019, le nombre d'inspections du travail semble diminuer dans presque tous les États membres de l’UE.
  • Seul un quart des lieux de travail (24 %) confirment avoir discuté de l'impact des nouvelles technologies numériques avec leurs employés. Parmi les conséquences possibles, citons la formation pour acquérir des compétences numériques (77 % des lieux de travail dans l'UE27), la pratique de l'assise prolongée (65 %) et une plus grande flexibilité pour les travailleurs en termes de lieu et d'horaires de travail (63 %).

Mieux vaut prévenir que guérir : Veerle Hermans fournit des informations et explications

Nous avons demandé à Veerle Hermans, professeur d'ergonomie à l’ULB, d'interpréter les résultats ci-dessus :

"Malheureusement, les résultats montrent à nouveau que les troubles musculo-squelettiques restent un risque sérieux dans les entreprises européennes. De plus, de nouvelles études montrent que le travail à domicile risque d'entraîner des problèmes de santé et des troubles mentaux supplémentaires. Une étude récente au Royaume-Uni montre que de nombreuses personnes se plaignent davantage du dos, des épaules et du cou depuis qu'elles télétravaillent. Par rapport aux études précédentes, nous constatons également que ce problème s'aggrave, ce qui est évidemment très préoccupant".

"Ces mauvais résultats s'expliquent en partie par le fait que de nombreux employés ne disposent pas des outils de travail ergonomiques nécessaires à la maison. On me demande souvent si un employeur n'est pas obligé de fournir le matériel nécessaire lorsque les employés travaillent à domicile. Il s'agit d'une discussion difficile, car en principe, cette obligation ne s'applique que lorsqu'un avenant au contrat de travail stipule qu'un employé travaille effectivement à domicile. Cependant, les salariés peuvent actuellement invoquer la force majeure qui leur est imposée par la loi".

"Maintenant que les mesures de verrouillage sont progressivement supprimées dans notre pays et que de plus en plus d'employés retournent au travail, je m'attends - et cela ressort également de certaines enquêtes auprès des entreprises - à ce que de nombreux employeurs introduisent de manière structurelle le télétravail pour leurs employés. J'espère sincèrement que les employés recevront les équipements de travail ergonomiques nécessaires, tels qu'un support pour l’ordinateur portable avec clavier et souris d'ordinateur, afin de pouvoir travailler dans de bonnes conditions à domicile".

"Je fais également référence aux mesures de corona dans le cadre desquelles les employés peuvent recevoir une allocation de bureau limitée à 126,94 euros par mois pour l'achat de certains équipements de bureau à usage domestique ou pour couvrir les frais d'électricité. Les incitations fiscales pour ces indemnités peuvent donner aux employeurs une incitation supplémentaire pour aider leurs employés dans ce domaine".

"Un autre aspect important de l'étude ESENER est le thème de l'assise prolongée. Ce thème a reçu une attention croissante ces dernières années, car ce risque n'est pas seulement lié aux troubles musculo-squelettiques, mais aussi à d'autres risques sanitaires tels que le diabète, l'obésité et les maladies cardiovasculaires".

"Je recommande donc aux employés de ne pas rester assis trop longtemps au travail, mais de se lever régulièrement et de faire de petits mouvements occasionnels. La littérature scientifique montre déjà que rester assis pendant une heure (ou plus) peut entraîner des plaintes physiques. C'est pourquoi il est recommandé, par exemple, de se lever toutes les 50 minutes et d'effectuer certains mouvements. Une période de 30 minutes est bien sûr également possible, mais à mon avis, cela peut entraîner les problèmes de concentration nécessaires. L'intention n'est donc certainement pas de prévoir de telles pauses dans le mouvement, mais de trouver soi-même un équilibre réalisable".

"À la demande d’INNI publishers, je présente actuellement une série de webinaires en cinq parties dans lesquels je donne aux participants des conseils pour réduire la raideur musculaire et articulaire, suivis d'exercices de relaxation et de conseils pour lutter contre la fatigue visuelle. L'objectif est de réduire les surcharges physiques pendant les heures de travail et d'encourager les participants à faire de petits mouvements dynamiques. Rester assis trop longtemps conduit à un exercice statique des muscles trop longtemps, et un mouvement suffisant empêche la fatigue. Ces petits exercices - que vous pouvez faire plusieurs fois par jour - permettent aux muscles de reprendre leur souffle. Une récupération trop faible peut entraîner une accumulation de déchets dans les muscles, ce qui peut même conduire à une surcharge.

"Dans mon webinaire sur la fatigue visuelle, je fais remarquer aux participants que - tout comme les muscles du cou - les muscles des yeux peuvent se fatiguer en utilisant l'écran trop longtemps. Dans de telles situations, par exemple, nous perdons également notre réflexe naturel de clignement des yeux, de sorte qu'un manque de liquide lacrymal peut rapidement entraîner une irritation des yeux. Donner aux yeux un peu de repos pendant la journée permet donc de s'assurer qu'ils continuent à fonctionner de manière optimale".

"Enfin, je veux aussi que les participants jettent un regard critique sur toutes sortes d'applications et de logiciels qui favorisent la mobilité sur le lieu de travail. Attention, car l'entraînement à distance rend parfois difficile la vérification de la bonne exécution des exercices. N'hésitez donc pas à faire appel aux organisations qui ont déjà gagné leurs galons dans ce domaine. Après tout, une mauvaise exécution des exercices d'étirement du cou, par exemple, peut faire plus de mal que de bien".

Source : https://osha.europa.eu/en/about-eu-osha/press-room/esener-2019-reveals-biggest-concerns-european-workplaces-musculoskeletal

ESENER 2019 : les risques musculo-squelettiques et psychosociaux restent problématiques

Votre navigateur n' est pas pris en charge, passez à un autre pour une expérience optimale.